Livre d'or 2016 Livre d'or 2014-2015 Livre d'or 2012-2013 Livre d'or 2010-2011 Livre d'or 2008-2009

Saison 2014



La récente disparition d’Arnaud Coyot a dû profondément te marquer toi, qui étais très proche de lui lorsque vous apparteniez tous les deux à l’équipe Saur-Sojasun.
La disparition d'Arnaud a été très dure pour moi car il était plus qu'un ami, c'était un guide, un mentor.... Je pense que la vie est faite de rencontres et j'ai eu la chance de rencontrer une personne qui m'a énormément appris, qui donnait sans compter et était prêt à partager tout ce qu'il savait avec tout le monde. Malgré sa disparition, notre amitié ne s'éteindra jamais. Ses conseils, sa bonne humeur et sa vision de la vie ont contribué à me changer et je vais me servir de tout ça pour avancer et réaliser une belle saison pour lui.

Cette mauvaise nouvelle vient conclure une saison 2013 où tu n’as pas été épargné par la malchance. Peux-tu synthétiser cette année en quelques phrases ?
2013 ne restera pas gravée dans ma mémoire, que ce soit sportivement ou personnellement. J'ai joué de malchance dès le début de saison en tombant malade sur la première course puis en chutant à Paris-Nice qui était mon premier objectif. Suite à ce début de saison compliqué, j'ai couru après la forme jusqu'au championnat de France. Sur cette course les sensations étaient très bonnes. Je suis donc arrivé confiant au départ du Tour mais malheureusement une chute sur la première étape a anéanti tous mes espoirs. Les dix jours suivants ont été un véritable calvaire mais, heureusement la dernière semaine du Tour m'a permis de retrouver un peu de plaisir et de finir sur quelques bonnes notes. Ma saison a donc été difficile et c'est pour ça que j'ai décidé d'enchaîner avec la Vuelta. J'ai voulu me servir de cette saison compliquée pour travailler encore plus, en accumulant davantage de kilomètres et de jours de courses, tout ça en pensant à 2014. Je pense malgré tout que cette année 2013 sera celle qui m’aura permis, jusqu’à présent, de plus progresser puisque c'est toujours dans la difficulté qu'on apprend et progresse le plus.

Au début de l’année 2013 le recrutement effectué par l’équipe Cofidis laissait présager de belles performances sur les courses par étapes. Le bilan en fin de saison reste mitigé. A quoi attribues-tu ce manque de réussite ?
Le recrutement a été très bon mais malheureusement beaucoup de coureurs de l'équipe ont joué de malchance. Rein et Christophe Le Mével n'ont pas été à leur niveau mais je suis certain qu'ils le seront en 2014. En 2013, 50% de l'effectif a été changé et même si le cyclisme est un sport individuel, on ne peut pas réussir sans l'équipe. A l'image d'une équipe de foot, on a dû apprendre à se connaître, trouver nos automatismes avant de pouvoir tirer le maximum de tout le monde. On a commencé à bien se trouver à partir du Dauphiné et c'est là que les résultats sur les classements généraux ont été meilleurs (Dani 5ème du Dauphiné, 9ème du Tour de France et Bagot 21ème de la Vuelta, Edet maillot à pois). En 2014, nous aurons l'habitude de courir ensemble, les automatismes seront déjà présents et les résultats devraient être bien meilleurs.

D’anciens coureurs de l’équipe Sojasun rejoignent la formation Cofidis en 2014. Tu dois apprécier ! Les rôles seront-ils redistribués et les objectifs modifiés avec ces nouvelles recrues ?
Je suis évidemment ravi que Cyril Lemoine et Julien Simon nous rejoignent parce que ce sont de très bons amis mais aussi parce que leurs caractéristiques manquaient à l'équipe. Cyril est un excellent poisson pilote pour emmener les sprinteurs et très bon dans les prologues. Julien est un des meilleurs puncheurs français et sera notre leader pour les arrivées en bosse ou les sprints en faux plat montant. Avec ces deux renforts, on aura beaucoup plus de choix tactiques et plus d'opportunités pour gagner.

Tu as achevé ta saison 2013 avec la Vuelta. Depuis cette date comment as-tu géré ton planning en vue des échéances pour 2014 ?
J'ai terminé la Vuelta avec une tendinite. J'ai donc coupé complètement pendant cinq semaines avant de reprendre tranquillement avec une préparation physique générale (course à pied, musculation, vtt...). On a ensuite eu notre premier stage mi-novembre, (tests physiques, réunions, essayage du matériel...). Suite à ce stage, j'ai repris l'entraînement plus sérieusement en augmentant le nombre d'heures jusqu'au second stage mi-décembre en Espagne. Là-bas, les conditions étaient très bonnes et nous avons pu accumuler les heures de selle sous un beau soleil. Maintenant, j'alterne ski de fond et vélo en attendant le prochain stage et surtout les premières courses.

On te laisse formuler un vœu pour 2014.
Je ne vais pas être très original mais je souhaiterais simplement être épargné par la malchance et surtout que la santé accompagne tout le monde.



Haut de page